Menu


Sénégal: trois affaires liées au terrorisme devant la justice

Reporté fin décembre, un procès d’envergure reprend aujourd’hui à Dakar.

Trois affaires liées à des activités terroristes doivent être jugées. En tout, trente-deux personnes, placées en détention, sont soupçonnées d’avoir cherché à créer un réseau jihadiste sur le territoire sénégalais.

C’est une audience spéciale qui s’annonce. En décembre, la tension était palpable dans la salle. Principal acteur, l’imam Alioune Badara Ndao, déjà condamné pour apologie du terrorisme, est accusé, avec vingt-huit autres personnes, des hommes et des femmes, d'association de malfaiteurs en relation à une entreprise terroriste.

D’après le parquet, des liens auraient été établis avec des membres de Boko Haram. L’un des prévenus est d’ailleurs soupçonné de s’être entrainé dans un camp du mouvement jihadiste. Pour les avocats de l’imam Ndao, rien dans le dossier ne démontre les faits reprochés. Deux autres affaires ont été liées à ce dossier. Etudiant au Canada, Assane Kamara est soupçonné de s’être radicalisé, il a été arrêté à Dakar en 2016. Le Franco-Sénégalais Ibrahima Ly, arrêté en 2015, est présenté comme un recruteur de jihadistes.

Cette affaire tentaculaire, la première au Sénégal, est en tout cas observée de près par les associations de défense des droits de l’homme qui veulent, même si les faits reprochés sont graves, un procès équitable. Un procès qui pourrait être à nouveau reporté en raison de la reprise du procès de Khalifa Sall, dans la même salle d’audience dès jeudi matin.

RFI 14-02-2018

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut